mon coeur est dans l'islam Index du Forum
mon coeur est dans l'islam Index du Forum FAQ Rechercher Membres Groupes Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés
 
La date/heure actuelle est Mar 6 Déc - 12:13 (2016) - créer un forum  


 Bienvenue 
                  AS SALAM ALAYKOUM WA RAHMATOULLAH WA BARAKATOUH

                                      
                                    BIENVENUE SUR LE FORUM
                                 
                               MON COEUR EST DANS L ISLAM

                                           
                                        RESERVE AUX FEMMES                          

                                 pour les soeurs converties musulmanes de naissance
                                et non musulmanes
                             
MERCI DE VOTRE COMPREHENSION                       


                                                                 http://bismillah.xooit.fr/index.php





                               

                                                   un clic toutes les deux heures





http://musulmane79.skyrock.com/
BLOG DE MUSULMANE79,IL EST MAGNIFIQUE



                                                                             

=133&action=notify]http://www.bismillah-couvrirlafemmemusulmane.com/index.php?notify[]=133&action=notify

allez visiter se site de vetements pour femmes musulmanes
soeur tres serieuse et produits d'exellente qualité




                                     







  Le Prophète -que Dieu prie sur lui et le salue- invoquait Dieu par ces mots: "0 celui qui tourne les cœurs, affermis mon cœur sur ta foi". On l'interrogea (sur le sens de ces mots) -Il n'y a pas un être humain, répondit-il, sans que son cœur ne soit entre deux doigts de Dieu. Dieu affermit ce cœur (sur le chemin droit) à qui Il veut, et il le détourne à qui Il veut". (Rapporté par Al-Tinnizi d'après Oum Salam -que Dieu l'agrée-).             






les degats des mots

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    mon coeur est dans l'islam Index du Forum -> droits et devoirs du musulman -> le bon musulamn Sujet précédent | Sujet suivant  
Auteur Message
ADMIN SARAH
Administratrice
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2008
Messages: 1 244
Localisation: marseille
Féminin Scorpion (23oct-21nov)
convertie ou musulmane de naissance: convertie

MessagePosté le: Mer 29 Avr - 22:30 (2009)    Sujet du message: les degats des mots Répondre en citant

Les dégâts des mots (1)


(1ère partie)



Le vocable "Lisan" en arabe désigne l'organe de la parole qui est la langue comme en français mais aussi le langage, la parole, le discours et le propos en général.  
Par ailleurs le verbe Lasana d'où dérive le substantif Lisan signifie à la fois le fait d'insulter, d'injurier, de médire de quelqu'un, le fait de l'emporter sur quelqu'un dans une controverse, le faite d'être plus éloquent qu'autrui, le fait d'aiguiser et de tailler un objet pour le rendre pointu et même le fait d'être piqué ou mordu par quelque chose.

Ces diverses considérations d'ordre sémantique ont amené les arabes à être attentifs à tout ce qui se rapporte au Lisan, notamment à ses effets dans l'économie du discours humain. D'où la floraison des proverbes et des sagesses arabes sur le Lisan et son rôle dans la culture en général.

Mais ces simples adages sur le Lisan vont acquérir dans la culture arabo-musulmane une dimension normative qui donne à la langue considérée comme organe de la parole et de l'expression, un statut éthique qui n'a pas son équivalent dans la culture antéislamique des arabes. C'est dire toute l'importance du rôle du Lisan pour la civilisation musulmane.

En effet l'islam insiste beaucoup sur tout ce qui touche au Lisan comme organe régulateur des rapports humains. En ce sens, le Lisan en tant qu'organe de la parole est soumis à un certain nombre de normes et de règles d'ordre éthique qui ressortent du domaine du taklif (Obligations et charges religieuses à accomplir par le fidèle) en général.

Si le fidèle musulman est tenu sur le plan des obligations d'ordre rituel de satisfaire à un certain nombre de prescriptions comme l'observance de la prière, du jeûne, de l'aumône légale etc. il doit également sur le plan moral respecter un certain nombre de principes normatifs comme le fait de dire la vérité, d'être sincère, d'avoir une bonne intention, de ne pas mentir, de ne pas calomnier, de ne pas faire de faux sermons etc. Comme ces principes normatifs touchent de près ou de loin tout ce qui se rapporte au Lisan et comme la fonction majeure de celui-ci est d'être l'interprète des autres organes, notamment du coeur qui est le pivot central qui structure la personnalité du fidèle musulman.

L'islam accorde une importance particulière à tout ce qui émane du Lisan. De nombreux versets coraniques et de hadiths Prophétiques mettent l'accent sur la nécessité d'éviter les innombrables maux de la langue.

Ils invitent les fidèles, pour remédier aux dégâts des mots, à se consacrer au dhikr - mention et remémoration d'Allah et de Son Serviteur et Prophète - à la lecture du Coran et toute forme d'adoration d'Allah en général.

Sache que les dégâts causés par la langue (les mots, la parole) sont énormes, et rien ne peut être plus salutaire que sa retenue. Ainsi la loi religieuse (Coran et hadiths) vante le mutisme et insiste sur l'importance du silence.

On rapporte d'après la tradition que : « Le silence est une sagesse mais rares sont ceux qui le pratiquent».

Le Prophète a dit :

« La foi d'un serviteur n'acquière la droiture que si son coeur est droit et le coeur ne peut acquérir la droiture que si la langue est droite... »

[ Rapporté par Ibn abi ad-Dunia dans son livre - assamte (Le silence) - ainsi que al Kharaiti dans son livre « Makarimu al Akhlak » avec une chaîne faible.]

Mouadh Ibn Jabal demanda au Prophète :

« Ô Envoyé de Dieu serons-nous jugés pour nos paroles ? Et le Prophète lui répondit : « ô ibn Jabal ! C'est la moisson de la langue qui le plus souvent jette les gens dans l'Enfer »

[Rapporté par Tirmidhi dans le livre de La Foi et il est rapporté également par Ibn Majja.]

Et d'après Sahl Ibn Saadine As-Saaidi le Prophète a dit :

« Celui qui me garantit ce qu'il a entre ses mâchoires et ce qu'il a entre ses jambes je lui garantis le paradis» Ce qui peut être interpréter de cette façons : « Celui qui me garantit (le bon usage) de ce qu'il a entre ses mâchoires (la langue) et de ce qu'il a entre ses jambes (le sexe), je lui garantis le paradis»

Et d'après Abu Horayra le Prophète a dit :

« Celui qui croit en Dieu et au jour du jugement, qu'il dise du bien ou qu'il garde le silence » [Partie d'un long hadith rapporté par Bukhari et Muslim.]

On a dit à 'Issa (Jésus) : « Montre-nous une oeuvre qui nous fait entrer au paradis ?» Il leur répondit : « Ne parlez jamais », on lui a dit : « On ne peut pas se retenir de parler ». II leur a dit : « Alors, ne parlez que pour dire du Bien ».

Soulayman (Salomon) fils de Daoud (David) a dit : « Si la parole est en Argent le silence est en Or ».

Et dans les traditions des compagnons du Prophète, on rapporte qu'Abu Bakr mettait une petite pierre dans sa bouche, pour s'empêcher de parler, et il disait en faisant allusion à sa langue :

« C'est elle qui me fait engager dans les sentiers dangereux ».

Abdallah Ibn Massoud a dit : « Par Dieu, qui, il n'y a d'autre divinité que Lui, nul organe n'a besoin d'être emprisonné plus que la langue qui est déjà enfermée derrière deux obstacles ; les lèvres et les dents ! ».

Taouss a dit : « Ma langue est un lion, si je le libère, il me dévorera».

Si tu te poses la question sur l'origine des grandes vertus du silence (mutisme), sache alors que ces vertus ne sont autres que l'absence des pêchés causés par la langue comme le mensonge, la médisance, la calomnie, l'ostentation, l'hypocrisie, la perversion, la vilenie, la vanterie, les vaines discussions, les disputes..

Les dégâts des mots : Le surplus dans la parole.  
 
C'est à définir comme l'excès de parole dans un intérêt quelconque. Si on a besoin de deux mots pour exprimer quelque chose d'utile alors le troisième mot est en plus. Cette indiscrétion n'est pas interdite mais elle est déconseillée. Les domaines de l'excès dans la parole sont illimités et le Coran nous désigne ce qui est important et bon à investir par la parole :

{Il n'y a rien dans la plus grande partie de leurs conversations secrètes, sauf si l'un deux ordonne une charité, une bonne action, ou une grande conciliation entre les gens. Et quiconque le fait, cherchant l'agrément d'Allah, à celui-là Nous donnerons bientôt une récompense} [Sourate 4 - Verset 11]

Le Prophète (saw) a dit :

« Heureux est celui qui retient le surplus de sa langue et dépense le surplus de son argent» [D’après Bayhaqui, et al Baraoui (classé hassane)]

De notre temps les gens agissent inversement puisqu'ils retiennent le surplus de l'argent et distribuent le surplus de la parole.

Ataa disait : Les croyants qui vous ont précédé détestaient le surplus de la parole et pour eux le surplus est tout ce qui vient après le Coran, la Tradition, la commanderie du bien, le pourchas du mal, et de parler pour un intérêt vital et obligatoire, et ils avaient à l'esprit les versets suivants qui évoquent les anges préposés à notre surveillance :

{Alors que veillent sur vous des gardiens, des nobles scribes, qui savent ce que vous faites.} [Sourate 82 - Versets 10-12]

{II ne prononce pas une parole sans avoir auprès de lui un observateur prêt à l'inscrire.} [Sourate 50 - Verset 18]


Le jour du jugement ! Quelle honte pour le fidèle de voir son temps ici-bas rempli de futilités qui n'ont été d'aucun intérêt pour sa Foi, ni pour sa vie et quels regrets !


Un des compagnons disait : « Parfois, quand quelqu'un me parle, j'éprouve autant l'envie de lui répondre que l'assoiffé de boire, mais je m'abstiens de peur que ce soit un surplus de parole. »
 
Les dégâts des mots : Parler vainement.  
 Il est dans les habitudes des gens de parler dans leurs assemblées, des femmes, des histoires des débauchés dans les tavernes, des rois, des riches et leur vie de luxe, et de leurs mauvaises habitudes, de rire des gens et de dire des vanités. Cela est illicite. Allah dit dans le Coran :

{ Dans le Livre, Il vous a déjà révélé ceci : lorsque vous entendez qu'on renie les signes d'Allah et qu'on s'en rit, ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu'à ce qu'ils entreprennent une autre conversation. Sinon, vous serez comme eux. Allah rassemblera, certes, les hypocrites et les mécréants, tous dans l’Enfer}
[Sourate 4 - Verset 140].

Le Prophète a dit : « Un homme profère un mot pour faire rire les gens de l'assemblée, et par ce mot il chute dans l'Enfer plus loin qu'une étoile ».

Il a dit également :

« L'homme prononce un mot qui provoque la satisfaction d'Allah, il ne pensait pas que ce mot atteindrait ce qu'il a atteint, et Allah lui accorde, par ce mot Sa satisfaction jusqu'au jour du jugement, de même un homme prononce un mot qui provoque la colère d'Allah, il ne croit pas qu'il atteindrait ce qu'il a atteint, et Allah lui inflige par ce mot Son courroux jusqu'au jour du jugement »
(Rapporté par Tirmidhi, l’imam Malik)
Les dégâts des mots : Parler de ce qui ne vous regarde pas.  
Sachant que le capital du croyant est son temps, les instants de sa vie sont précieux et passent sans retour ; le Prophète a dit : « Un des signes de perfection de la foi (islam) chez l'individu c'est l'abandon de ce qui ne le regarde pas » [D'après Tirmidhi, Ibn Majja et l'imam Malik.]

Et le récit suivant est très significatif à cet égard : on y rapporte, d'après Anas:

« Un jeune homme était tombé martyr le jour de la bataille d'Uhud, et nous avons trouvé callée à son ventre une pierre (pour alléger les effets de la faim) ; sa mère essuya la poussière du visage de son fils et dit : le paradis sera doux pour toi mon fils ! Et le Prophète lui dit alors : « Et qui t'assure qu'il ne parlait pas de ce qui ne le regardait pas ? ».

Parler de ce qui ne nous regarde pas c'est dire ce qui peut être délaissé sans que ce soit un péché, ni un mal présent ou futur ; et plus grave encore, c'est de perdre ton temps et de faire perdre à ton interlocuteur son temps, en posant des questions du genre : Est-ce que vous jeûnez ? S'il vous répond par : Oui ! Son jeûne perd sa vertu ultime qui est d'être observé en secret, car l'adoration en secret est plus élevée, s'il répond par : Non ! Alors il aurait menti ; s'il ne répond pas, il aurait méprisé son interlocuteur, et s'il ruse pour détourner la question, il gaspillera son énergie etc.

Ainsi par une parole (question) sur quelque chose qui ne te regarde pas, tu as exposé quelqu'un à l'ostentation en dévoilant son jeûne ou au mensonge, ou au mépris ou une rude épreuve... 



par fleurislam publié dans : Les actes détestables (péchés)
0 commentaire (0)    commentaires (0)    recommander  
Jeudi 20 septembre 2007

Les dégâts des mots (2)


(2ème partie)

   
Les dégâts des mots : la moquerie, la divulgation du secret.  
La moquerie :

Le fait de se moquer les uns des autres est illicite, car Allah dit Dans le Coran :

{Ô vous les croyants ! Qu'un groupe ne se raille (se moque) pas d'un autre groupe ceux-ci sont peut-être meilleurs qu'eux, et que des femmes ne se raillent pas d'autres femmes : celles-ci sont peut-être meilleures qu'elles. Ne vous dénigrer pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux). Quel vilain mot que lorsqu'on a déjà la Foi. Et quiconque ne se repent pas Ceux-là sont les injustes.} [Sourate 49 - Verset 11]
Et se moquer de quelqu'un revient à le mépriser, le diminuer, à citer ses défauts pour rire de lui, ou le mimer et le singer.


La divulgation du secret :


C'est encore un des dégâts de la langue.

Le Prophète - sur Lui la Grâce et la Paix - a dit : « la parole entre vous est un dépôt »
Il a dit aussi : « quand un homme parlant - à un autre - de quelque chose, une fois prononcée sa parole devient un dépôt - pour celui qui l'a entendue - ».


Et ainsi divulguer un secret devient la trahison d'un dépôt qu'on vous aurait confié. Il reste alors que cette trahison est illicite si elle engendre des dégâts sinon c'est de la vilenie.
Al Hassan disait : « Divulguer le secret de ton frère, c'est le trahir. »
Les dégâts des mots : la dispute, l'âpreté dans la paroles.  
Les disputes :

La dispute va au-delà de la polémique et de la papelardise, car si ces dernières n'ont d'autre objectif que de ridiculiser l'adversaire et d'apparaître sous son meilleur jour, dans la discussion la dispute cherche à aboutir à un objectif bien déterminé comme la reprise d'un droit ou la restitution d'un bien, et cela soit en commençant la dispute ou en la repoussant, et l'excès y est interdit, et chaque mot qui ne serait pas dit dans l'objectif visé est un mot en trop.

Mais, sachant que les disputes ne font, en plus, qu'enraciner la colère et la haine, il faut tout faire pour éviter cela. L'âpreté dans la parole:

Une parole est destinée à transmettre des informations quelconques, et tout effort dans les mots où dans la forme qui dépasse l'objectivité est blâmable, telle la recherche de l'éloquence, de la composition - des propos rimés et élevés - un certain artifice dans la parole, etc.
Par contre l'embellissement des paroles dans le dessein d'influencer l'auditoire pour l'intérêt de celui-ci, comme le fait d'essayer d'émouvoir les gens dans leurs religions, [ mais pas dans l'intérêt de celui qui parle pour qu'il soit vu éloquent savant etc. ] tout cela est louable.
Les dégâts des mots : Sournoiserie et Polémique.  
 La définition technique du mot moraa't - sournoiserie - décrit celui qui contredit les autres en faisant apparaître dans leurs discours des failles, et cela est soit dans les idées, dans la forme grammaticale, dans la prononciation, l'éloquence ou même dans les intentions de l'orateur et cela à tord ou à raison.

Quant à la moujadala - polémique - c'est de vouloir mettre un interlocuteur dans l'embarras, le tourner en ridicule, montrer l'incapacité de répondre, le confondre pour enfin mettre en évidence l'ignorance de son adversaire.  Et ces deux attitudes sont fortement déconseillées par le Prophète (saw) qui a dit :

« N'agace pas ton frère - Ne fait pas acte de sournoiserie envers lui - ne te moque pas avec lui, et ne lui donne pas un rendez-vous sans y aller - et une promesse sans la tenir - » [Rapporté par Tirmidhi d'après Ikrima d'après Ibn Abbas.]

Il a dit également :

« II n'y a pas un peuple qui s'égare sans qu'il leur soit donné d'être polémiste » [Rapporté par Tirmidhi, Ibn Majja et Ibn Abi Donia. ]
« Le serviteur (d'Allah) ne peut acquérir la vérité de la foi que lorsqu'il abandonnera la polémique et la papelardise même s'il a raison. » [Rapporté par Ibn abi Donia.]

Bilal ben Saada dit « Si vous voyez quelqu'un ayant un caractère de polémiste fier de son opinion et inopportun, alors sachez que sa perdition est totale », quant à Ibn abi al Lail parlant à ce sujet il a dit « je ne polémique jamais avec un ami car j'aurais soit à le confondre soit à le mettre en colère.»

L'imam Malik ibn Anas a dit : « Il n'y a rien dans la religion qui nécessite une polémique » et il a dit aussi « les sournoiseries rend les coeurs durs - les uns envers les autres - et fait hériter des haines et des inimitiés.»
La Foi oblige le croyant à se tenir à l'écart de toute polémique et papelardise, et quand il s'agit d'une discussion savante, il faut y prendre part pour poser des questions dans le dessein d'apprendre et comprendre,sans aucune volonté de chercher à nuire à ton interlocuteur et à le pousser à se défendre avec du vrai comme du faux, ou prendre la parole pour exprimer une science si tu en es porteur, sans aucune volonté de montrer que tu es savant intelligent et informé etc. et cela en utilisant dans ton discours des vérités ou des mensonges.

Sinon garder le silence reste le meilleur remède pour éviter les péchés qui résultent des polémiques et des papelardises.
Les dégâts des mots : la plaisanterie.  
L'excès de plaisanterie est une chose blâmable, car il fait hériter à la longue des attitudes badines, un esprit léger, de la haine dans certains cas, et il fait disparaître entre les croyants le respect. Mais il n'est pas pour autant interdit, ni même déconseiller de plaisanter, car le Prophète - sur Lui la Grâce et la Paix - a dit de lui-même :

« Je plaisante, mais je ne dis que la vérité »  En effet il nous est parvenu plusieurs histoires où le Prophète plaisantait avec les croyants :

Une fois une vieille femme a rendu visite au Prophète qui, au cours de la discussion, lui dit : «Aucune vieille n'entre au paradis ». Et la vieille se mit à pleurer, mais le Prophète lui ajouta : « Mais tu ne seras pas vieille ce jour là (quand tu rentreras au paradis), puis il récita ce verset :

{C'est Nous qui les avons créées à la perfection et nous les avons faites vierges.} [Sourate 56 - Versets 35 -36]

Une autre fois, pendant une tournée une dame est venue vers le Prophète et lui dit : « Ô Envoyé d'Allah ! Fais-moi monter sur un chameau » et le Prophète lui dit : « Mais nous allons te faire monter sur le fils d'un chameau » et la dame lui répondit « je n'en ai rien à faire du fils d'un chameau, il ne peut pas me porter » et le Prophète rajouta alors : « Tout chameau est un fils de chameau ».

On rapporte d'après Aïcha - qu'Allah soit satisfait d'elle - : Au cours d'une sortie avec le Prophète il lui a proposé de faire une course. Ils coururent et le Prophète a gagné la course. Il a dit à Aïcha : « Celle-ci pour celle-là ».

Faisant allusion, disait Aïcha au jour où elle était enfant, son père l'avait envoyée avec quelque chose dans la main le Prophète lui dit alors donne-moi ce que tu as ; n'ayant pas voulu le lui donner, il courut derrière elle sans pouvoir la rattraper.
 D'après Abu salama le Prophète sortait sa langue pour son petit-fils al Hassan fils de Ali et celui-ci s'en étonnait.

On rapporte que No'man al ansari était un homme qui aimait plaisanter, à chaque fois qu'il rentrait à Médine, il achetait quelque chose qu'il offrait au Prophète (saw) et quand le commerçant venait demander le prix de la marchandise à No'ma, celui-ci le ramenait chez le Prophète et lui disait : « Ô Envoyé d'Allah ! Paye-lui le prix de sa marchandise !» Le Prophète (saw) lui disait : « Ne me l'a tu pas offert », et No'man lui répondait : « Ô Envoyé d'Allah ! Je n'avais pas de quoi payer et j'ai tant aimé que vous le mangiez ... » Et le Prophète souriait et ordonnait qu'on paye le marchand.
Ainsi ce genre de bonne humeur et de plaisanterie est admis, mais sans excès ni dans la durée ni dans l'intensité.

On peut donc plaisanter à condition de dire la vérité, sans offenser les coeurs des interlocuteurs et sans excès. Car il y a des petits péchés qui deviennent des péchés majeurs à force de les répéter, comme il y a également des choses licites qui deviennent des péchés mineurs à force de s'y adonner fréquemment.
Les dégâts des mots : Le libertinage, l'insulte, la vulgarité.  
Al Fahcha [le libertinage] se définit par rapport à la clarté de la description de certaines choses relatives à la pudeur.

Ibn Abbas a dit : « Allah est pudique, Généreux, Il pardonne et Il fait allusion (à propos des choses pudiques au lieu de les exprimer crûment), Il a fait allusion à l'acte sexuel par le mot contact (al-llams) », d'autres termes sont utilisés pour décrire ce contact.

Lorsqu'ils sont trop expressifs, ces termes sont considérés comme fahcha. En général, toute chose qui éprouve la pudeur ne doit pas être citée expressément.

On rapporte que le Prophète - sur Lui la Grâce et la Paix - a dit :

" Évitez d'être grossiers dans votre langage, car Allah - Exalté soit-Il - n'aime pas le fohch - la grossièreté, l'obscénité - ni le fait d'être grossier".  Il a dit également : " Le croyant n'est pas injurieux, ni maudisseur, ni grossier, ni indécent ".
Quant aux insultes le Prophète (saw) a dit : " C'est commettre un acte d'indécence que d'insulter un croyant, et c'est de l'impiété que de le combattre (avec les armes)".

On rapporte que le Prophète (saw) a dit :

« L'un des grands péchés serait d'insulter ses propres parents. »
Étonnés, les compagnons lui ont demandé « Ô Envoyé d'Allah ! Comment quelqu'un peut-il insulter ses parents ? »,  Et le Prophète (saw) leur a répondu : « Il insulte les parents de quelqu'un d'autre et celui-ci réagit à cela en insultant ses propres parents ».
Quant à l'indécence le Prophète (saw) a dit : " L'indécence et le langage cru- là ou il faut être pudique - sont deux branches parmi celles de l'hypocrisie ".

Les causes qui poussent à cela sont, soit la volonté de nuire à autrui soit la fréquentation des libertins et de ceux qui sont habituellement grossiers.







par fleurislam publié dans : Les actes détestables (péchés)
0 commentaire (0)    commentaires (0)    recommander  

Dimanche 10 juin 2007

L'interdiction de l'homicide et du terrorisme en Islam

L’interdiction de l’homicide et du terrorisme 
     en Islam….    
   
                           
  Le Coran est très clair : « Celui qui tuerait un homme non coupable d’un meurtre ou un délit sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque fait don de la vie à un homme, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes. » (Coran:5/32)
La pédagogie en matière religieuse doit apprendre à faire abstraction des préjugés, des clichés et d’imaginaires diabolisant une race, une communauté, une religion. A propos de l’Islam, on peut constater par exemple l’émergence quasi obsessionnelle de la séquence : « Islam-intégrisme-violence ».
La position de l’Islam sur la violence est très claire. Il suffit de se référer aux deux sources de l’Islam : le Coran et la Sunna du Prophète
pour bien comprendre la condamnation de toute forme de violence en Islam.

ALLAH, Le Très Haut, dit:
« Les criminels (violents) se reconnaîtront à leurs traits » (Coran:55/41) 
« Par l’époque ! L’Homme est dans la perdition, sauf ceux qui croient et pratiquent la vertu...» (Coran, Sourate 103).
1-   1- D’abord l’Islam protège la vie des êtres humains et punit sévèrement ceux qui tuent  les gens sans raison valable :
l
L’i L'islam, religion d’adoration de Dieu, d’amour du prochain et de tolérance, d’une manière générale interdit le meurtre ainsi qu’il est dit dans le Coran :
« Eloignez-vous des péchés abominables, apparents ou cachés, ne tuez personne injustement, Dieu vous l’a interdit » (Coran:6/151).
« Dieu veut vous faciliter les choses, car Il sait que l’homme a été créé faible. O Croyants, ne vous dépossédez pas les uns les autres et ne vous tuez pas vous-mêmes. Dieu est plein de compassion pour vous » (Coran : 4/28-29).
C’est dans la sourate 5, verset 30 (la Table servie) qu’est rappelé le fratricide d’Abel par Caïn: « Son âme l’incita à tuer son frère. Il le tua donc et devint ainsi du nombre des perdants ».
Le verset 32 de la même sourate rappelle un des fondements de l’humanisme de l’islam. Il est dit :
« … Quiconque tue une personne non coupable de meurtre ou de dépravation sur terre, fait comme s’il avait tué tout le genre humain. Quiconque sauve une personne, c’est comme s’il faisait don de la vie à toute l’humanité ».
Dans la sourate17, verset 33 (Al Isra) il est prescrit : « ... Ne détruisez point la vie que Dieu a rendu sacrée... ».
L’injustice et la violence sont également dénoncées dans l’islam : Sourate 5, verset 2 (Al-Maida, la Table Servie) :  « Entraidez-vous dans les bonnes œuvres et la piété, et ne vous entraidez pas dans le péché et l’agressivité ! ».
                                                                         

2- Il est interdit de tuer un autre musulman d’une manière volontaire
L’Islam a préservé aux musulmans leurs biens, leur honneur, leurs corps, a interdit de s’y attaquer et a été très strict à ce sujet. Ceci fait partie des derniers conseils que le Prophète 
a donnés a sa Communauté, Il dit lors de son sermon du Pèlerinage d’adieu : « Votre sang, vos biens, votre honneur, vous sont sacrés, comme sont sacrés ce jour, en ce mois, dans cette ville. » Puis il ajouta : « Ai-je transmis ? Ô Allah sois témoin ! » Rapporté par El Bukhârî et Muslim.

Il
dit également :
« Tout le musulman est sacré pour son frère musulman : son sang, ses biens, son honneur. » Il dit aussi : « Craignez l’injustice, car l’injustice sera ténèbres le Jour de la Résurrection. »

Allah Le Très Haut a promis le pire des châtiments à celui qui tue une âme sacrée, Allah Le Très Haut dit au sujet du croyant : {Quiconque tue intentionnellement un croyant aura pour rétribution l’Enfer, dans lequel il demeurera éternellement, Allah est en colère contre lui, Il le maudit et lui réserve un immense châtiment} (Les Femmes, v.93)
L’homicide volontaire d’un croyant promet au meurtrier un châtiment éternel : « ... Celui qui tue volontairement un croyant aura pour rétribution l’Enfer éternel. Dieu le frappe de son courroux, le maudit, et lui prépare un terrible châtiment » (Coran:4/93)
La jurisprudence (Fiqh) a longuement analysé ce verset et y voit l’assimilation du meurtre d’un croyant à un péché irrémissible majeur, condamnant éternellement son auteur au même titre que les péchés que Dieu ne pardonne pas : le polythéisme, le faux témoignage, les crimes.
Par Sin infinie Miséricorde, Allah Le Très Haut, ajoute : « Il n'appartient pas à un croyant de tuer un autre croyant, si ce n'est par erreur. Quiconque tue par erreur un croyant, qu'il affranchisse alors un esclave croyant et remette à sa famille le prix du sang, à moins que celle-ci n'y renonce par charité. Mais si [le tué] appartenait à un peuple ennemi à vous et qu'il soit croyant, qu'on affranchisse alors un esclave croyant. S'il appartenait à un peuple auquel vous êtes liés par un pacte, qu'on verse alors à sa famille le prix du sang et qu'on affranchisse un esclave croyant. Celui qui n'en trouve pas les moyens, qu'il jeûne deux mois d'affilée pour être pardonné par Dieu. Dieu est Omniscient et Sage.» (Coran:4/92)
Devoir de Fraternité, de solidarité entre musulmans :
Il est obligatoire pour tous les musulmans, où qu’ils soient, de se conseiller mutuellement la vérité, de s’entraider dans les bonnes œuvres et la piété, dans la recommandation du bien et l’interdiction du blâmable, avec sagesse et bonne parole, et de discuter de la meilleure des façons.
Comme Allah Le Très Haut dit : {Entraidez-vous dans les bonnes œuvres et la piété, et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est dur en punition.} (La Table servie, v.2)
Allah Le Très Haut dit aussi : {Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils ordonnent le bien et interdisent le blâmable, ils accomplissent la Prière, ils s’acquittent de la Zakât et obéissent à Allah et Son Messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est Tout-puissant et Sage. » (Le Repentir, v.71)
Allah Le Très Haut dit : {Par le Temps ! L’humanité est en grande perdition, sauf ceux qui ont la foi, qui accomplissent de bonnes œuvres, qui se conseillent mutuellement la vérité et qui se conseillent mutuellement la patience.} (Le Temps)
Le Prophète 
a dit : « La religion c’est la sincérité. » On lui demanda : « Envers qui, Ô Messager d’Allah ? » Il répondit : « Envers Allah, Son Livre, Son Messager, les dirigeants et l’ensemble des musulmans. »

Il
dit aussi : « Les musulmans sont comparables, dans leur solidarité, leur clémence et leur miséricorde mutuelles, à un seul corps : lorsqu’un seul membre se plaint d’un mal quelconque, tout le corps souffre de fièvre et d’insomnie. » Les versets et les hadiths à ce sujet sont très nombreux. 

Ainsi, la condamnation de l’agression violente injustifiée dans l’islam est appuyée sur une constante incitation à l’entente parmi les croyants à la paix, à la tolérance, et au pardon : « Si deux groupes de croyants se combattent, rétablissez la paix entre eux ! » (Coran:49/9)
3-   Il est un interdit de tuer les non musulmans
Allah Le Très Haut dit au sujet du mécréant qui est sous protection de l’État, sur le fait de le tuer par erreur : {S’il appartenait à un peuple auquel vous êtes liés par un pacte, qu’on verse alors à sa famille le prix du sang et qu’on affranchisse un esclave croyant. » (Les Femmes, v.93)
Si dans le cas du mécréant, à qui l’on a garanti la sécurité, il faut verser le prix du sang et faire une expiation, lorsqu’il a été tué par erreur, que dire alors s’il a été tué volontairement ? Le crime est d’autant plus odieux et le péché d’autant plus grave.
Il est rapporté dans un hadith authentique que le Prophète
a dit :
« Celui qui tue une personne sous protection de l’État, ne sentira pas l’odeur du Paradis. »

L’Islam interdit le terrorisme et puni ses auteurs car il constitue une des pires formes de corruption sur la terre. C’est pourquoi ses auteurs criminels méritent les châtiments les plus douloureux comme il est dit dans le Coran : (La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment) Coran:5/33.
Ceux qui ont perpétré ces actes ont commis un péché interdit par l’Islam, faisant partie des grands péchés car provoquant la mort de gens innocents et effusant le sang d’autres sans raison valable comme il est dit dans le Coran : (Et, sauf en droit, ne tuez point la vie qu’Allah a rendu sacrée) Coran : 17/33.
Le musulman doit œuvrer à combattre les maux sur la terre et appelle à la réconciliation entre les humains à travers la diffusion des principes de la justice, de la bienfaisance et de la tolérance, à interdire l’injustice et l’agression entre les hommes sur la base de ce qui est dit dans le Coran :( Certes, Allah commande l’équité, la bienfaisance et l’assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l’acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez.) Coran : 16/90
4-   Le Droit à la légitime défense
L’islam est la religion de l’amour et de la paix mais c’est aussi la religion du juste milieu, et les musulmans s'ils doivent se défendre pour se protéger doivent le faire mais selon des règles bien établies.
C’est durant l’Hégire ou émigration du Prophète
à Médine, de 622 à 632, que des versets coraniques (souvent cités) ont autorisé les premiers croyants persécutés par les gens de la Mecque à se défendre contre eux ou à les combattre :
« Permission de se défendre est donnée à ceux qui ont été attaqués parce qu’ils ont été persécutés. Dieu est omnipotent pour les secourir ainsi que ceux qui ont été injustement chassés de leurs maisons et ont cru en leur Seigneur !»(Coran:22/39-40)

La religion musulmane ne peut servir de fondement à la violence ou à l’action punitive si elle n’est justifiée par la légitime défense proportionnée : « En vérité, Dieu ordonne l’équité et le bien, la générosité envers les proches, il interdit la turpitude, la mauvaise action et la rébellion... Peut-être réfléchirez-vous.»(Coran:16/90)
En effet, c’est seulement en cas d’attaque que l’autorisation de riposter figure dans l’histoire et la théologie de l’islam sous le nom de Djihad (mineur) : « Combattez dans la voie de Dieu ceux qui vous combattent mais n’agressez personne, Dieu n’aime pas les injustes.»(Coran:2/90)
Allah Le Très Haut dit : « Et, sauf en droit, ne tuez point la vie que Dieu a rendu sacrée.»(Coran:17/33)
Tout comme riposter à une injustice est un droit : « …et qui, atteints par une injustice, ripostent.»(Coran:42/39)
Revendiquer de gouverner au nom de Dieu est un droit, s’il est scrupuleusement respecté.
Mais ce même droit ne saurait cependant justifier de moyens honteux pour arriver à cette fin (violence, crime d’innocents).
Ceux qui le font, abusent du droit de parler au nom d’une religion. Eux sont en cause, pas l’Islam. Mais parallèlement il y a tant d’actes terroristes qui sont toujours, à priori, attribués aux “extrémistes islamistes”.
Cette logique est déroutante : pourquoi attaquer la religion de l’Islam, lorsque des musulmans font une faute, et pourquoi n’accuse t-on pas la laïcité pour un laïc, le christianisme pour un chrétien, l’athéisme pour un athée, lorsque ceux-ci perpètrent d’ignobles crimes? Pourquoi?

5 - Il est interdit en islam de se suicider (afin de protéger la vie humaine)
Allah, Glorieux soit-Il, a interdit de porter atteinte à la vie d’autrui mais également à sa propre vie.
Allah Le Très Haut a dit : “ Allah veut vous éclairer, vous montrer les voies des hommes d'avant vous, et aussi accueillir votre repentir (26). Et Allah est Omniscient et Sage.  Et Allah veut accueillir votre repentir. Mais ceux qui suivent les passions veulent que vous incliniez grandement (vers l'erreur comme ils le font) (27). Allah veut vous alléger (les obligations) car l'homme a été créé faible (28). Ô les croyants ! Que les uns d'entre vous ne mangent pas les biens des autres illégalement. Mais qu'il y ait du négoce (légal), entre vous, par consentement mutuel. Et ne vous tuez pas vous-mêmes. Allah, en vérité, est Miséricordieux envers vous (29). Et quiconque commet cela, par excès et par iniquité, Nous le jetterons au Feu, voilà qui est facile pour Allah (30). Si vous évitez les grands péchés qui vous sont interdits, Nous effacerons vos méfaits de votre compte, et Nous vous ferons entrer dans un endroit honorable (le Paradis) (31)” [An-Nissa (Les Femmes)/26-31].
Le Prophète
a dit : « Celui qui s'est tué en utilisant un objet coupant, alors, dans le feu de l'enfer où il séjournera à jamais ("khâlidan mukhalladan fîhâ abadan"), son objet sera dans sa main et il se le plantera dans le ventre. Et celui qui a absorbé du poison et s'est tué ainsi, il l'absorbera dans l'enfer où il séjournera à jamais. Et celui qui s'est précipité d'une montagne et s'est tué ainsi, il se précipitera dans le feu de l'enfer où il séjournera à jamais" (rapporté par Muslim, n° 109).

Quand le Prophète
émigra à Médine, at-Tufayl et un autre homme de son peuple, tous deux musulmans, y émigrèrent eux aussi. Ils supportèrent cependant mal le climat de Médine. L'homme tomba malade. Supportant mal les affres de la maladie, il prit des pointes coupantes et s'ouvrit les jointures des doigts, ce qui causa une hémorragie dont il mourut. Quelque temps après, at-Tufayl le vit en rêve et vit qu'il avait une apparence agréable mais qu'il avait les mains bandées. At-Tufayl lui dit :
"Qu'est-ce que Dieu a décidé à ton sujet ? – Il m'a accordé Son pardon à cause du fait que j'avais émigré vers Son Prophète. – Comment se fait-il que je voie tes mains bandées ? – Il m'a été dit : "Nous n'allons pas restaurer chez toi ce que toi-même tu as gâché"." Ce rêve, at-Tufayl vint le raconter au Prophète. Celui-ci fit alors l'invocation suivante : "O Dieu, pardonne à ses mains aussi" (rapporté par Muslim, n° 116). Voyez : le Prophète a demandé à Dieu Son pardon pour l'homme suicidé.

Conclusion
Ainsi de nombreux versets du Saint Coran V, 30-32 ; XVII, 33 ; XXXV, 68 ; XXVII, 49 ; XXVIII, 15 condamnent la violence.
Faire couler le sang, violation de l’honneur, pillage des biens publics et privés, explosion des habitations et des véhicules, et destruction des édifices, tous ces actes et semblables sont interdits à l’unanimité des musulmans, car ils constituent une violation du droit sacré de vivre, de posséder des biens, d’être en paix et dans la tranquillité, de vivre son existence en toute sécurité et toute quiétude à son domicile, lors de ses allées et venues, et une violation des intérêts généraux, dont nulle personne ne peut se passer dans son existence.
Tout ce qui se passe dans certains pays, comme effusion du sang d’innocents, explosion des habitations, des véhicules, des installations publics et privées, destruction des édifices, tout ceci constitue des actes criminels, dont l’Islam est innocent. De même, tout musulman qui croit en Allah et au Jour dernier en est innocent. Ce ne sont que les agissements de certaines personnes aux idées corrompues, à la croyance égarée, qui supporteront seuls la responsabilité de leur péché et de leur crime, sans que cela ne soit imputé à l’Islam, ni aux musulmans bien guidés par la voie de l’Islam, qui s’accrochent au Coran et à la Sunna et se cramponnent au lien solide d’Allah. Ce n’est rien d’autre que de la pure corruption et un crime, que la législation musulmane et la saine nature humaine rejettent. C’est pourquoi, les textes de la législation musulmane sont catégoriques sur son caractère illicite, mettant en garde de ne pas fréquenter ceux qui agissent de la sorte.
Nous demandons à Allah par Ses plus beaux Noms et Ses Attributs élevés, qu’Il écarte le mal des musulmans, qu’Il accorde la réussite à tous les dirigeants musulmans dans ce qui constitue un bien pour les hommes et le pays, et ce qui met un terme à la corruption et les corrupteurs, que par leur intermédiaire Il fasse triompher Sa religion et élève Sa parole, qu’Il arrange la situation de tous les musulmans dans le monde entier, et qu’Il fasse triompher la vérité par leur intermédiaire. Certes Il en est Le Seul Capable et Il en est parfaitement Capable. Prière et Salut d’Allah sur notre Prophète Mohammed, ses proches et ses Compagnons. 
                                                                                           
                                                                   AMINE 


 

_________________





Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Mer 29 Avr - 22:30 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    mon coeur est dans l'islam Index du Forum -> droits et devoirs du musulman -> le bon musulamn Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
deeppurple basé sur le template digiTech © digital-delusion.com
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com